HICHAM TAHIR

Mon ami.e jeune gay marocain.e

Ce texte a été inspiré par l’écrivain Abdellah Taïa et son texte portant le même titre, publié pour le 17 mai 2020, journée mondiale de lutte contre l’homophobie et transphobie.


Mon ami.e gay marocain.e,

Ce qui se passe aujourd’hui au Maroc n’est pas nouveau. Ce n’est pas la première fois. Et ne sera malheureusement pas la dernière. Mais tu as une voix aujourd’hui. Une voix qui commence à être entendue. Écoutée. Respectée. Sache-le. Ce jeune que tu es aujourd’hui, je l’ai été aussi. Je connais exactement cette peine. J’ai été vêtu de cette peur aussi. De ce manque d’espoir.

Cette noirceur qui sombre le tunnel de ta vie n’est qu’une illusion. C’est un mirage. La réalité est plus belle. La réalité est enluminée.

Je suis comme toi. Je suis un peu toi. Tu es un peu comme moi. Nos parcours peuvent bien différer, mais ils chantent la même chanson. J’ai aussi été ce jeune. Dans mon petit quartier de Kénitra. J’ai entendu les gens. Ils n’avaient pas toujours de belles choses à dire. J’ai connu ma part de maitre-chanteurs. J’ai été bercé par mon lot d’insultes. J’ai entendu les palabres menaçantes. J’ai connu ma part de mots violents. Et la violence. Mais j’avais la certitude que ce n’était que passager. Ce que je vivais n’était qu’un maudit arrêt du train que je prenais. Je savais que ça n’allait jamais durer. Ma destination finale était proche. Chaque kilomètre passé m’éloignait du malheur et me rapprochait de cette liberté tant fantasmée. Chaque nuit était déduite de cette sentence qu’ils m’avaient injustement faite vivre. Toi aussi tu la connais, cette sentence. C’est pour ça qu’il faudra te dire, chaque soir quand tu poses ta tête sur ton oreiller, « c’est une journée de passée vers mon bonheur ». La route de la liberté peut être difficile à atteindre. Elle peut être vraiment pénible. Mais elle arrive toujours au bon moment. Ne perds jamais cet espoir.

Alors, n’aie jamais peur. Regarde toujours devant toi. Imagine ta liberté. Dessine ton amour. Prie ton bonheur. Laisse l’amour bercer tes nuits. Tout est devant toi. Je le vois pour toi. Tes couleurs vont briller. De plus en plus fort. Marche. Continue de marcher. La tête haute. Cette voie que tu vas parcourir est semée d’embuches. Mais elle t’aidera à apprécier la beauté de ce qui va venir. Elle n’est plus lointaine. Rien n’est plus impossible aujourd’hui. Ta voix s’entend. La tienne. La mienne. Celle de beaucoup de gens. Comme toi et moi. Tu réussiras. Je t’attendrai. Comme beaucoup m’ont attendu.

N’écoute jamais ceux qui te veulent du mal. Il faut que tu comprennes que leur haine sort de leur bouche pour atterrir sur leurs cœurs et y rester. Sache que ceux qui ne voient pas l’être magnifique que tu es ne sont qu’aveuglés par leur ignorance. N’écoute jamais ceux qui veulent te rabaisser. Ce sont leurs mots. Ils doivent rester avec eux. Seule ta voix est importante. Écoute-la. Chante pour toi les mélodies de ton bonheur. Danse au rythme de ton amour. Vole aussi haut que tes rêves. Fais de tes peines ta force. Et de leurs mots une armure. Aime-toi. Comme moi je t’aime. Comme beaucoup de gens t’aiment. Même si l’on ne se connaît pas.

Mon petit frère gay marocain et toi, ma petite sœur gay marocaine… Aujourd’hui, ils ont peur de nous. Ils veulent nous combattre encore plus férocement. Mais c’est bien parce que notre voix est entendue. Enfin. Qu’ils le veuillent ou pas, ils nous reconnaissent. Ils reconnaissent notre existence. Leurs jugements sont la preuves que nous sommes là. Debout. Forts. Ils pensent que nous sommes leur menace. Une vraie. Ils se trompent. Car nous les intimidons. La seule menace que nous portons entre nos mains est celle de l’amour. C’est celle de l’acceptation de l’autre. Celle du respect. Celle du vivre ensemble. Nos menaces sont belles. Nous en sommes fiers. Et c’est ce qui leur fait peur.

Ils ont peur parce que nous sommes de plus en plus forts. Parce que nous allons détruire la haine qu’ils ont mis si longtemps à construire. Nous allons pousser le mur de leur société paternaliste, patriarcale et hétéronormée. Parce qu’aujourd’hui, nous avons compris que leur vision de la vie est erronée. Ils ont peur car notre cri est plus fort. Il fait bouger les montagnes. Il est mélodieux. Ils n’ont pas l’habitude.

Je serai là pour toi. Comme un grand frère. Comme d’autres l’ont été pour moi. Et nous allons marcher jusqu’aux barrières de la peur, pour les détruire. Nous nous battrons. Toutes et tous. Avec nos armes. Avec nos plumes. Avec nos voix. Avec nos études. Avec notre amour. Nous nous battrons. Toi. Moi. Les autres qui portent avec nous le même drapeau et la même flamme de l’amour. Nous allons combattre la haine. Pour que les prochains ne grandissent plus dans cette crainte. Nous nous battrons. Toi. Nous. Main dans la main. Pour que plus jamais un jeune marocain n’aille en prison parce qu’il a osé aimer loin de ces valeurs sclérosées qu’ils se sont créés de toutes pièces, pour assouvir à leur besoin de régner.

Mon petit frère gay marocain, et toi, ma petite sœur gay marocaine… Fais de ta sensibilité une arme. Celle qui saura se faufiler entre les mailles de la haine. Utilise ton courage comme un bouclier qui contrera leur ignorance. Use de ton souffle pour étouffer le feu de leur venin. Et garde tes yeux grands ouverts sur le rivage de notre destination finale. Sur cette terre où l’amour aura vaincu la haine.

Ne les laisse plus te dicter qui tu es. Ce que tu dois faire. Tu es différent. Mais nous le sommes tou-te-s. Tu n’es pas seul. Je suis avec toi. Nous sommes plusieurs avec toi. Même si aujourd’hui nous ne connaissons pas. Notre combat nous unit. Il nous rassemble. Il est noble. Nos cœurs battent aux sons de la liberté. Celle qui s’approche. À toute vitesse. Pour toi. Pour moi. Pour toutes celles et ceux qui se sont battus avant nous et ceux qui continueront de porter la flamme de notre liberté. De nos vies.

Jusqu’au jour où nous nous reverrons.

Je t’embrasse,

Hicham Tahir

– Mais que va dire la société ?
– Je chie sur la société !

2 replies to “Mon ami.e jeune gay marocain.e

  1. Sincèrement….pas terrible…hétéronomée ne veut rien dire…je déteste l’écriture inclusive….ça sonne faux….c’est plein de maladresses. Si une lutte est nécessaire elle doit naître au Maroc.
    Bref décevante évolution.

    1. Merci Gilles pour ta critique.
      En effet, une coquille s’est glissée dans le mot « hétéronormée ». L’écriture inclusive est là comme son nom l’indique « pour inclure tout le monde », je comprends ton hésitation à l’utiliser. Mais c’est avant tout un signe de respect.
      Une lutte est nécessaire au Maroc. Il y en a bien une. Depuis plusieurs années. Je t’invite à rendre visite au pays prochainement et t’approcher de cette nouvelle générations de militants LGBT+.
      Mes amitiés.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :
close-alt close collapse comment ellipsis expand gallery heart lock menu next pinned previous reply search share star